Jean-Henri BERTIN

(1917 Druyes - 1975 Neuilly)

Sa formation :

Sa carrière :

Son oeuvre :

A la SNECMA, il réalise avec son équipe des travaux sur les moteurs spéciaux : diesels et moteurs à deux temps à hautes performances. En 1952, une filiale « Le Moteur Moderne » est créée pour le développement de ces moteurs. Des études sur les écoulements instationnaires et la combustion. Celles-ci devaient déboucher sur la réalisation de pulso-réacteurs sans clapet tout à fait révolutionnaires pour l'époque.

Le 30 novembre 1950, le planeur « Emouchet » accomplissait pour la première fois au monde un décollage et un vol, propulsé par un moteur ne comportant aucune pièce mobile. Un dispositif de combustion original qui, par des moyens aérodynamiques, permettait de supprimer totalement les obstacles stabilisateurs dans les canaux de réchauffe ou de stato-réacteurs. Des études sur le contrôle des écoulements qui devaient donner naissance à la « fluidique » et déboucher sur un système d'inversion de poussée des réacteurs.

Les 4, 5 et 6 février 1952, un Vampire-Gablin, équipé d'un inverseur de poussée sans pièce mobile, effectuait ses premiers bonds à Melun-Villaroche. Le 24 avril 1952, le même appareil, aux mains du pilote Gouel, accomplissait pour la première fois au monde une inversion de poussée en vol et à l'atterrissage. Les brevets du système, acquis par la société américaine Aerojet, sont à la base des inverseurs de poussée qui équipent actuellement la plupart des avions de transport.

Tout en poursuivant ces recherches, Jean Bertin s'attache à une réflexion sur les méthodes d'innovation. Il constate la distance considérable qui sépare « l'état de la science » de « l'état de l'art industriel ». Il est frappé par la mise en sommeil d'inventions intéressantes, mais qui ne correspondent pas à la politique industrielle de la société où elles sont nées.

Persuadé que les technologies aéronautiques pourraient s'appliquer dans d'autres secteurs, et qu'il est possible de vaincre ces obstacles à la valorisation de la science et de la technologie dans le cadre d'une organisation adéquateil crée en 1955 sa propre société dans laquelle les ingénieurs et les techniciens, hautement qualifiés et fortement motivés, vont développer des méthodes appropriées, à l'objectif de transfert des techniques de pointe à l'application industrielle.

Jean Bertin est cité comme inventeur ou co-inventeur dans 163 brevets. Il a prononcé 168 conférences, en France et à l'étranger. Outre 4 communications présentées à l'Académie des Sciences, il a publié de nombreux articles scientifiques.

C'est en 1957, qu'il redécouvre le phénomène "d'effet de sol" ou "coussin d'air". C'est à partir de ce moment qu'il n'a cessé ses recherches qui sont menées dans 3 directions : les Terraplanes (aéroglisseurs terrestres), les Naviplanes (aéroglisseurs marins), et surtout l'Aérotrain.

Sources :

Jean-Henri BERTIN
21 - Longvic
91 - Gometz la Ville
   
91 - Gometz la Ville - Monument et plaque (Ph : Fred et Philippe V.C.)

Accueil
Personnages