Autres cheminots - C

Sur cette page vous trouverez d'autres cheminots, dont un très grand nombre sont morts pour la France, et dont les noms apparaissent notamment sur les monuments aux morts présents dans les gares et établissements de l'entreprise ferroviaire.
Certaines communes leur rendent hommage en baptisant des rues.

Faute d'avoir beaucoup d'infos sur la plupart d'entre eux, ils sont regroupés ici, par ordre alphabétique.

Accès direct à l'initiale du nom : A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Un grand merci à Henri DROPSY, qui fournit la majeure partie des infos.
Cercle Généalogique des Cheminots
9 rue du Château-Landon , 75010 PARIS
genealogie.cheminots@laposte.net
http://genealogie.cheminots.free.fr/cheminot/

Autres sources, non exhaustif:
http://www.requis-deportes-sto.com/pages/honneur.htm
http://memorial-genweb.org
http://perso.wanadoo.fr/memoiresdepierre
http://www.lacoupole-france.com/fr/eo_profs/deportes/listeshtml/index2.htm
http://mortsdanslescamps.com
http://www.gennpdc.net/lesforums/lofiversion/index.php/t11596.html
http://www.medarus.org/Ardeche/07celebr/07celTex/maurin_albertine.html
http://sfloudun.free.fr/index.htm

Accueil
Personnages

 

C

CABASSUD Jean-Eugène

13 - Marseille

CABIOC'H Jean (1922 - 1944)
Né le 23/02/1922 à Sanvic (76), décapité à la hache le 13 septembre 1944 à Brandenburg-Havel (Allemagne) pour favorisation de l'ennemi. Auxiliaire homme d'équipe. Sur la plaque de Paris-La Chapelle, intérieur du patio du Bâtiment principal. Une rue Jean-Cabioc'h à 95200 SARCELLES Mort en déportation : J.O du 03/11/1987 page 12841 Sur le MaM de Sarcelles (95).

95 - Sarcelles

CADEAU Robert
http://maitron-fusilles-40-44.univ-paris1.fr/spip.php?article173504

02 - Tergnie

CAGNEAUX Gilbert

51 - Magenta

CALLAME André

03 - Montluçon



CAMPHIN Paul

62 - Achicourt

CAMPION Camille

62 - Achicourt

CANON Edmond

62 - Avion

CANONNE Michel et Jeanne.
Ils étaient médecin SNCF, et résistant. Son nom figure sur le monument aux morts de la gare d'Angers

49 - Angers

CARON André

60 - Chambly (cité cheminote de Moulin-Neuf)

CARPENTIER Emile

95 - Taverny

CARPENTRAS Louis
Né le 25/08/1912 - Embauché le 01/12/1936 - Ouvrier ajusteur au service du M.T. de la SNCF au Dépôt d'Avignon - Marié, 1 enfant (18 ans en 1947) - Domicilié au 2 rue Albert à ? (localité non définie) - Arrêté le 17/05/1944 pour motif inconnu - Présumé déporté en Allemagne - Décédé le 25/08/1944 à Neuengamme - Décédé 15/02/1945 à Neuengamme (renseignements pris sur le bulletin de l'amicale de ce camp, janvier 1946). Décédé le 12/02/1944 à Neuengamme (liste établie d'après documents de l'infirmerie retrouvées sur place ; renseignements fournis par Fédération Nationale des Déportés). Brême -Titulaire de la mention "Mort pour la France" . Archives Historiques de la SNCF au Mans : CXXV.2 118LM108/1
84 - Avignon

CARRERE Eugène

13 - Miramas

CAUTY Michel, tué dans les combats de la libération de Chartres.

28 - Senonches

CAVELIER Louis
Né le 6 avril 1900 à Glos-sur-Risle (Eure), décédé le 25 septembre 1943 à Rheinbach. Membre de Résistance-Fer. Vétéran de la 1ère guerre mondiale, il est chef de gare à L'Aigle. A partir de février 1941 il est dans le réseau Hector puis le 1er mars 1942 dans le S.R. Kléber. Il fourni de nombreux renseignements sur les mouvements des troupes allemandes dans sa région. Il est arrêté sur dénonciation le 22 mai 1942 par la Gestapo. Après de nombreux interrogatoires musclés il passe en jugement devant le tribunal militaire allemand, il est condamné à mort puis gracié en mai 1943 et déporté le 23 septembre 1943 à la prison de Rheinbach où il décède le 25 septembre 1943. Déclaré : « Mort pour la France », Croix de guerre, Médaille de la Résistance.
http://www.memoresist.org/resistant/louis-cavelier/

CAZIN Jean-Baptiste

62 - Méricourt

CERRATO Charles

13 - Marseille

CHABANNA Georges (1901 - 194x)
Né le 25.09.1901, entré à la Compagnie le 27.10.1925,
Manœuvre spécialisé chargé de la conduite des chariots automoteurs, autorisé aux fonctions de chauffeur, au dépôt de Laroche. Arrestation et déportation en janvier 1943, mort en déportation,
Porté sur la plaque commémorative du pignon Paris de la gare de Laroche-Migennes,
Porté sur la plaque commémorative de la façade Lyon du BOT du dépôt de Laroche,
Porté sur la plaque commémorative du 1er arrondissement Traction située dans l'entrée du Centre Henri-LANG, entrée du PAR-LGV, (ex-Rue du Dépôt)

89 - Migennes

CHABRE Eugène. Résistant motr pour la France, 1925 - 1944.

05 - Veynes

CHAINTREAU Henri. Fusillé par les allemands le 30 avril 1942.

45 - Villemandeur

CHAMBONNET Maurice. Cheminot F.T.P.F 1940-1945
Mort pour la France.

84 - Avignon

CHAMPLON Alix. Bonifacio 1er avril 1906 - Dijon 26 novembre 1943.
Alix Champlon était cheminot, résistant appartenant au réseau « Résistance Fer ». Arrêté le 8 octobre 1943, il a été fusillé à Dijon le 26 novembre de la même année. Il a été nommé au grade de chevalier de la Légion d‘Honneur, a reçu la Croix de Guerre avec palme et la Médaille de la résistance. Source
Il entre au PLM en 1923, à St Germain au Mont d'Or, puis à Toucy Ville. Résistant il est arrêté le 8 octobre 1943 à son domicile et conduit à la prison d'Auxerre, et transféré à celle de Dijon. Il fait une demande de recours en grâce, refusée, et sera passé par les armes à 8 heures le 26 novembre 1943. Le titre d'Interné résistant lui est attribué le 9 mai 1956.

25 - Saône


CHARDON Marius
Assassiné par la milice le 09 août 1944 dans les ateliers SNCF.

69 - Oullins
69 - Saint Genis Laval

CHARPENTIER

60 - Chambly

CHARTON Paul

21 - Chenôve

CHASSAGNE Paul

02 - Hirson

CHATAIGNIER Alphonse. Né le 30 avril 1906 à Joze (63), mort en déportation le 9 novembre 1944 à Husum-Schwesing (Allemagne)
Il est cantonnier auxiliaire au PLM depuis 1928, un poste qu'il ne quittera que pendant sa mobilisation, d'avril à août 1940. Lorsqu'il est arrêté par la Sipo-SD, sa hiérarchie est surprise, le considérant comme "auxiliaire très calme, ayant peu de relations, très renfermé". Mais ses états de service, établis après guerre, sont totalement différents : transport d'armes, destruction de voies ferrées, ... Une fois arrêté, il est interné à Cermont-Ferrand, puis transféré à Compiègne et Neuengamme. Puis il est affecté au Kommando d'Husum-Schwesing, près de la mer du Nord, pour creuser des tranchées antichars dans les marécages. Comme beaucoup de détenus dans cette situation il meurt rapidement le 9 novembre 1944.
Le titre de Déporté résistant lui est attribué en 1954, et son nom se trouve une plaque sur la façade de Clermont-Ferrand.

63 - Gerzat (avec une faute sur la plaque)

CHAUVET Jean

30 - Nimes

http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article2190&id_mot=2

CHAUVIERE Arsène
Il sera fusillé sur ordre d'un lieutenant SS, avec 9 autres personnes, en représailles d’une attaque de jeunes résistants français contre un convoi allemand. La sentence nazie fut de fusiller 10 otages pour 5 soldats tués, otages exécutés à l’emplacement même de l’attentat. Les autres fusillés sont : Arsène CHAUVIÈRE, Louis LACROTTE, Louis REINAUD, Joseph VERNET (tous résistants cheminots arrêtés au Teil), Fernand COULOMB (de Pont-Saint-Esprit), Salomon LÉVY (de Montélimar), Maurice MEYER (de Montélimar), Georges TRIOLLET (d'Annemasse), Albertine MAURIN (seule femme, arrêtée le 12 avril à Bourg-Saint-Andéol)
Source
07 - Le Teil

CHASSEING Vincent (22 janvier 1896 Bergerac - 02 Juillet 1943 WIENER NEUSTADT, Autriche)
Vincent Chasseing était facteur mixte à Brive la Gaillarde, il était domicilié au 32 rue Cecile Marbeau à Brive, était marié et avait deux enfants (agés de 21 et 18 ans lors de son arrestation en 1943). Il fut arrété le 13 mars 1943 pour un motif inconnu à ce jour et interné au Fronstalag 122 à Compiegne, puis fut déporté le 20 avril 1943 pour le camp de concentration de MAUTHAUSEN où il fut enregistré sous le numéro de matricule 27888. Il fut affecté au Kommando extérieur de WIENER NEUSTADT où il est décédé le 02 juillet 1943 (Source).
19 - Brive A noter la faute de graphie sur la plaque, avec un A.

(de) CHEFDEBIEN Fernand, Baron. (1863 - 1914).
Formé à l'Ecole d'Agriculture de Grignon (région parisienne) il avait, très tôt, manifesté une grande curiosité scientifique qui se solda par des découvertes dans des domaines très divers. En 1873, une faucheuse de son invention obtint le 3ème prix d'un concours organisé au Vernet par la Société Agricole Scientifique et Littéraire des P.O. (à l'époque, on mélangeait aisément les genres). Quelques années plus tard – en 1882 – cet ingénieur agricole doublé d'un financier avisé, inventa la formule d'une "poudre cuprique" (à base de sels de cuivre) ou "poudre Chefdebien" : composée d'un mélange de Sulfate de Cuivre et de poudre de talc du Caillau, elle fit des miracles dans le vignoble qui était alors la proie du Mildiou.
En janvier 1914, au décès de Fernand de Chefdebien, ce dernier laissait, en indivision, à ses quatre héritiers "la Société Chefdebien comprenant l'usine Gibraltar et 7 ha de terrains et immeubles à Prades, la carrière du Caillau, le domaine et les bois de Covazet ainsi que la "farga da dalt" à Mosset, la tuilerie-briquetterie de Maillole, les ateliers de wagonnage de Maillole ainsi qu'un centre de désinfection des wagons à bestiaux à Perpignan. En outre, elle pratiquait la vente de terrains industriels raccordés au chemin de fer du Midi". En fait, il s'agissait du plus important ensemble industriel du département (Source)
Portrait (source)

66 - Perpignan

CHEVREL Roger (1920-1945)

35 - Rennes

CHEVRIER Robert (1919-1942)

35 - Rennes

CHOISME Pierre. Ancien secrétaire du syndicat des cheminots CGT

37 - Saint Pierre des Corps

CHOQUET Henri

58 - Varennes-Vauzelles, également présent sur la plaque des Monuments aux Morts

CIPIERE Fernand.
Volontaire pour la reconstruction tué par les allemands au cours de la libération le 16 août 1944.

28 - Maintenon

CLOAREC Robert. Résistant fusillé.. 1912 - 1942.

76 - Sotteville lès Rouen

COMBET Henri Armand. Né le 21/02/1926 à Colombiers (Hérault), aide-surveillant à la SNCF à Béziers, mort en combattant les armes à la main le 05/08/1944 au Dourn (Tarn) -

34 - Béziers

CONAN Henri

56 - Auray

COQUILLET Louis (1921-1942)

35 - Rennes

CORBIER Jean

Né le 20 mars 1910 à Domont (Seine-et-Oise), fusillé comme otage le 12 mai 1942 au Mont-Valérien, commune de Suresnes; cheminot; résistant. Jean Corbier travaillait comme cantonnier au service de la voie de la SNCF. Il habitait à Saint-Brice-la Forêt (Seine-et-Oise), 65 rue de la Gare, et sa femme occupait la fonction de garde-barrière à Domont ; ils étaient parents de deux enfants. Membre du réseau Résistance-Fer, il fut arrêté le 1er mars 1942 par la Gestapo à son domicile, endormi après une mission accomplie pendant la nuit. Condamné pour détention d’armes et comme communiste, Jean Corbier fut désigné comme otage en représailles à l’attentat commis à Caen le 1er mai 1942 contre un train de permissionnaires. Il fut successivement emprisonné à la prison du Cherche-Midi du 18 mars au 24 avril, au fort de Villeneuve-Saint-Georges jusqu’au 8 mai, puis à Fresnes jusqu’à son exécution le 12 mai 1942 au Mont-Valérien. Il a été inhumé en premier lieu au cimetière de La Garenne-Colombes. Son nom figure sur la stèle commémorative du cimetière de Villeneuve-Saint-Georges et sur celle en hommage aux cheminots. Il a été promu, à titre posthume, sous-lieutenant des Forces françaises combattantes (Source).

94 - Villeneuve St Georges

CORMIER Joseph

62 - Arras

COSSON Gabriel.

92 - Bagneux

COUDERC André Jean
Cantonnier à la Voie Né le 15/07/1922 à Chelles, F.F.I., maquis du Vercors, fusillé, et Mort pour la France le 18/03/1944 à Saint-Julien-en-Vercors. Enterré à Chelles au carré militaire du Cimetière communal

77 - Chelles

CRAMMER Henri

62 - Avion



CREGUT Aimé, né le 5 janvier 1909 à Génolhac, exécuté le 12 juillet 1944 à Servas (Gard)

Entré au chemin de fer le 1er février 1937, il est ouvrier au dépôt d'Alès. Membre des FFI du Gard, en tant que capitaine, il participe à la destruction de 8 locomotives à Lézan, 5 à Anduze, 11 à St Julien lès Anduze, ainsi que des châteaux d'eau et des lignes électriques. Il est arrêté le 6 juillet 1944 par les allemands sur son lieu de travail. Il est interrogé mais ne dénonce pas ses compagnons résistants. Il est abattu le 12 juillet, à l'issue d'une scéance de torture, au puits de mine de Célas, à Servas. On y retrouvera également 32 autres corps, dont ces compagnons Gilbert Juchs, Marcel Pantel et Sully Pasquier. Il a été fait Chevalier de la Légion d'Honneur. Son nom est inscrit sur la plaque commémorative de la gare d'Alès, ainsi qu'à Nîmes.

30 - Génolhac
30 - Pont de Rastel
Plus d'infos : http://genolhac30.free.fr/histoire.htm, http://museedelaresistanceenligne.org/media7988-SA


CREPIN Hubert

62 - Achicourt
62 - Beaurains

CREVISIER Pierre
http://maitron-fusilles-40-44.univ-paris1.fr/spip.php?article168700

54 - Nancy

CRONNIER Aurélien

60 - Chambly (cité cheminote de Moulin-Neuf)

CRUNET Jean

60 - Chambly (cité cheminote de Moulin-Neuf)

haut de page

Accueil
Personnages